Faire la transition vers le véganisme… et l’autosuffisance!

Faire la transition vers le véganisme… et l’autosuffisance!
0

#1

Quel est le lien entre le véganisme et l’autosuffisance ? C’est une bonne question qui peut être interprétée de plusieurs façons. Mais selon mon expérience personnelle, il y a plusieurs raisons qui font que ces thèmes peuvent coexister ensemble dans un forum. :seedling::v:

On doit apprendre à cuisiner !

En effet, quand on désire retirer les produits d’origine animale de notre alimentation, on réalise qu’ils sont partout ! Dans presque tout ce qu’on a l’habitude de manger ! Alors vient un moment où on n’a pas vraiment d’autre choix que d’apprendre à cuisiner nos propres collations, fromages végétaux et bien sûr notre junk food préférée (pizza, poutine, mac n cheese…). Il existe de plus en plus d’alternatives commerciales pour ces produits, sauf que…

Les alternatives commerciales végétales sont hyper transformées…

Bien qu’il m’arrive d’acheter à l’occasion des saucisses, du fromage et des burgers (végé) et du lait de soya à toutes les semaines, ces produits sont habituellement très transformés. Ce n’est pas parce qu’ils sont végétaliens qu’ils sont bons pour la santé ou la planète (certains vont contenir de l’huile de palme par exemple). Il peut être intéressant d’utiliser ces produits pour faciliter la transition et ne pas trop s’arracher les cheveux les premiers temps. Mais si on vise à produire et transformer nous-même notre nourriture, il est mieux de ne pas être dépendants des substituts commerciaux et apprendre à les faire soi-même…

On sauverait beaucoup de temps à échanger et à partager nos succès et échecs

Avec l’arrivée de la nouvelle plateforme Le peuplier, il est maintenant possible de partager nos bons coups (et nos mauvais) pour permettre à tous les véganes de développer les compétences afin de tendre vers l’autonomie alimentaire. Je ne sais pas pour vous, mais pour moi, c’est clair que de faire partie d’une communauté qui partagent les mêmes intérêts ne peut qu’être motivant !

Habituellement, autosuffisance rime avec «élevage d’animaux»

La plupart du temps, les blogues, sites et groupes qui traitent de l’autosuffisance vont aborder l’élevage animal (poule, poulet, cochon, chèvre, vache, etc.). Mais si vous êtes comme moi et que vous n’avez pas l’intention de vous nourrir d’animaux morts - même s’ils ont été élevés heureux, chez vous - c’est quelque chose qui peut vous freiner dans votre recherche d’informations. Tandis qu’ici (dans la catégorie véganisme du forum), personne ne tentera de vous expliquer comment dépecer un cochon :pig:

L’autosuffisance et le véganisme ont des valeurs semblables

Les valeurs qui nous mènent à devenir végétaliens (environnement, éthique, santé, finances) sont parfois les mêmes que celles qui nous poussent à chercher l’autosuffisance. En effet, quand on commence à se conscientiser sur les pratiques industrielles, on a la possibilité de décider de ne pas continuer à les encourager. Mais parfois, on peut être un peu perdu et on ne sait pas par quoi commencer…

Mais par où commencer ? :thinking:

Je te propose ici un petit guide qui te permettra de trouver des inspirations, des alternatives, des solutions et des conseils afin que ta transition vers le végétalisme se fasse sans tracas. Que tu sois simplement intéressé à varier ton alimentation et à consommer moins de produits d’origine animal ou que tu sois déjà un végane endurci qui cherche des nouvelles idées, ce guide est fait pour toi ! :tada::tada:

J’ai essayé d’inclure le plus possible une optique d’autosuffisance puisque selon moi, il est possible d’être végane et de tendre vers l’autonomie alimentaire. Il suffit d’avoir les bons outils et de partager tous ensemble nos expériences, nos succès et nos échecs.

Comment remplacer les ingrédients de base ?

Un des plus gros freins au début, c’est de devoir trouver des alternatives aux produits qu’on utilise couramment. Ici, je vous montre qu’il peut être très simple de végétaliser notre alimentation.

Libre à vous d’acheter des substituts commerciaux. Personnellement, elles m’ont été très pratiques durant les premiers temps où j’ai commencé à manger végé. Mais maintenant, j’essaie d’en remplacer le plus possible par quelque chose que je peux faire moi-même !

Lait

Il existe une grande variété de laits végétaux commerciaux. Mais il est très facile de le faire soi-même. Lait de soya, lait d’amandes, lait d’avoine, lait de noisettes, lait de noix de cajou, lait au chocolat et plus encore ! Faites vos recherches et vos expérimentations et trouvez celui qui vous convient. Et n’oubliez pas de récupérer la pulpe ! Personnellement, j’achète encore du lait de soya, pour profiter du fait qu’il est enrichi en vitamines D et B12.

Crème

N’importe quel lait végétal peut remplacer la crème (mais la texture va changer). Vous pouvez aussi faire une crème végétale à base de noix de cajou. En épicerie, il est possible de trouver une préparation crémeuse de soya de la marque Belsoy.

Pour faire de la crème fouettée, utiliser la partie épaisse qui se forme sur le dessus d’une canne de lait de coco et la fouetter.

Beurre

Il existe une margarine végétale (Becel) qui se trouve facilement en épicerie. Vous pouvez aussi trouver du vrai beurre en épicerie et dans les épiceries d’aliments naturels (Earth Balance). Il est aussi possible d’utiliser des alternatives telles que de la compote de pomme, de l’huile de noix de coco, de l’huile d’olive, de l’avocat, une banane ou une courgette. Et sinon… faites vous-même votre beurre !

Fromage

On trouve de plus en plus de fromages végétaux en épicerie, mais amusez-vous à en faire vous-même ! C’est beaucoup plus économique quand on adore le fromage… Aussi, pour donner un petit goût fromagé à vos plats, utilisez de la levure nutritionnelle ! Ça remplace très bien le fromage parmesan, par exemple. Et rassurez-vous, même en étant végane, il est possible de se faire d’excellentes poutines !

Crème glacée

La crème glacée aux bouchées au caramel salé de So Delicious est DÉ-CA-DEN-TE ! La compagnie Lacrem offre aussi d’excellents produits. Vous pouvez vous en faire avec des bananes ! Le résultat est presque aussi bon :wink:

Oeufs

Le remplacement le plus simple pour les crêpes, muffins et galettes de ce monde est de mélanger 1 c.à.s. de lin moulu à 3 c.a.s. d’eau et de laisser reposer 10 minutes. Il est aussi possible de remplacer le lin par des graines de chia (moulues ou non). Vous pouvez aussi remplacer l’œuf par une demi-banane en purée, le quart d’un avocat, 60 ml (1/4 de tasse) de compote de pomme, de tofu soyeux ou de yogourt végétal ou encore utiliser de la fécule d’arrow-root (1 c. à thé dilué dans un peu d’eau).

Pour faire des oeufs battus en neige, fouetter de l’aquafaba (le liquide contenu dans une conserve de pois chiches) et 1/4 de c. à thé de crème de tartre jusqu’à l’obtention de pics mous ou fermes, selon la consistance voulue.

Au déjeuner, vous pouvez cuisiner du tofu brouillé !

Mayonnaise

Les marques Hellmans et Earth Island offrent de la mayonnaise sans œuf. Il semblerait aussi que ce soit très simple d’en faire soi-même, mais je n’ai pas encore osé, à cause de la courte durée de conservation.

Miel

Utilisez du sirop d’érable, du sirop d’agave, de la mélasse verte ou encore de la purée de dattes.

Viande hachée

Pour remplacer la viande hachée, l’ingrédient miracle, c’est la PVT (protéine végétale texturée). ! C’est du soya. Et c’est magique. Ça s’achète en vrac et ça ne coûte presque rien. Il suffit seulement de la réhydrater, de l’assaisonner et la cuisiner comme de la viande hachée normale. Sinon les lentilles fonctionnent aussi très bien dans un pâté chinois, par exemple.

Steak, burger ou sandwich

Les légumineuses font d’excellentes galettes à burger. Sinon, un simple champignon portobello (préalablement mariné) est délicieux en burger. Vous voulez faire un bon sauté ? Le tofu mariné fait des merveilles. Pour ceux qui n’aiment pas le tofu, vous pouvez le remplacer dans la majorité des recettes par du tempeh. Le seitan, quant à lui, fait d’excellent «steak» ou croquettes. Et si vous vous ennuyez des petites sandwichs pas de croûte de votre mère ? Voici 3 suggestions : aux «oeufs» (tofu, sel noir kala namak), au «thon» (pois chiches, graines de tournesol) ou au «jambon» (tofu fumé).

Avez-vous des recettes préférées pour les faire maison :grin: ?

Les ingrédients essentiels

Si vous en êtes au début de vos expériences à cuisiner des repas végé, il peut vous arriver d’être déstabilisé par certaines recettes qui utilisent des ingrédients dont vous n’avez jamais entendu parlés :face_with_monocle: ou que vous n’avez simplement pas l’habitude d’utiliser. En voici quelques-uns que je considère pertinent d’avoir dans son garde-manger (cette liste n’est pas exhaustive!)

À noter: Non, je n’ai pas d’arbre à noix chez moi, et je n’ai pas encore tenté de cultiver des grains, céréales ou légumineuses… mais ça viendra peut-être :heart: ! Ici, il n’y a pas de jugement sur le niveau d’autosuffisance que vous avez atteint. Si vous êtes comme moi, et que vous achetez la plupart de vos aliments de base, je vous en propose ici qui pourraient vous être utiles… selon mes expériences et découvertes personnelles !

Fécules et farines

Poudre d’amande À utiliser dans les biscuits pour ajouter une saveur de noix.

Fécule d’arrow-root Provient des racines de plantes tropicales variées telles que le manioc. À utiliser pour lier et épaissir les sauces, les desserts et les soupes.

Agar agar Substitut à la gélatine. Épaississant au goût neutre qui provient d’une algue et qui est disponible sous forme de poudre, de paillettes ou de flocons. La poudre est plus pratique, car sa dissolution est plus facile et sa quantité est plus facile à contrôler qu’en feuilles.

Gomme xanthane Provient de la fermentation d’une bactérie naturellement présente dans notre environnement et non toxique pour l’homme. Elle est utilisée comme liant et épaississant dans les sauces chaudes, vinaigrette et crèmes.

Farine de pois chiche Riche en protéines et en fibres, elle offre un excellent apport nutritionnel en plus d’être naturellement sans gluten.

Farine de gluten Protéine de blé utilisé dans la préparation du seitan, une alternative à la viande.

Grains et céréales

Millet La texture du millet est variable selon la quantité d’eau utilisée pour cuire le grain. Pour utiliser dans les salades ou comme accompagnement de ragoûts et currys, faites cuire 1 tasse (250 ml) de millet dans 2 ¼ (550 ml) de liquide (eau ou bouillon). Si vous souhaitez que votre millet ait la texture d’un gruau, utiliser 3 tasses (750 ml) de liquide pour chaque tasse (250 ml) de millet. Un gruau de millet peut faire un délicieux déjeuner, servi avec des fruits séchés et des noix ou graines grillées.

Sarrasin Le sarrasin est une graine qu’on cuisine comme un grain. Il fait d’excellent mijotés. C’est une bonne source de protéine, de fibre, de manganèse et de magnésium. On peut l’utiliser en farine pour cuisiner sans gluten.

Quinoa Incroyable source de protéines, de fibres, de fer et de calcium. Faites cuire le quinoa comme le riz : 1 tasse de quinoa pour 1 1/2 tasses d’eau, chauffer jusqu’à ébullition, et cuire à feu doux jusqu’à temps que l’eau soit absorbée (15 minutes).

Sorgho Source de protéines et vitamines. Sa saveur étant douce et neutre, le sorgho s’ajoute à merveilles aux salades. Pour la cuisson, il suffit de porter à ébullition 3 tasses d’eau avec 1 tasse de sorgho, 1 c. à table (15 ml) d’huile d’olive et une pincée de sel et de poursuivre la cuisson à feu doux, couvert, jusqu’à ce que le sorgho soit bien tendre (environ une heure).

Sucres

Dattes Utiliser des dattes est une bonne façon de sucrer naturellement une recette. De plus, elles constituent une bonne source de fibres. Vous pouvez en faire une purée à utiliser dans vos galettes et muffins (l’ingrédient secret-pas-si-secret des recettes de Madame Labriski, qui sont toujours faciles à végétaliser).

Sirop d’érable Un produit local ! Le sirop d’érable est riche en antioxydants et présente un faible index glycémique.

Sirop d’agave Substitut au miel et au sirop d’érable. Se trouve facilement en épicerie.

Mélasse Source de fer, potassium, calcium, magnésium et plus. Pour une meilleure absorption du fer, il est recommandé de combiner avec un apport en vitamine C.

Huiles

Huile d’olive extra-vierge Saveur douce qui la rend très intéressante à utiliser. À haute température par contre, pour la friture par exemple, prioriser l’huile de tournesol ou de canola.

Huile de coco Pratique à utiliser en pâtisserie car elle reste solide à température ambiante. Sa saveur est agréable et se prête bien à des recettes avec une touche tropicale.

Noix et graines

Noix de cajou Pour faire des sauces pour pâtes, des fromages végétaux et des gâteaux au fromage. Important de cuisiner avec des noix de cajou crues.

Amandes Les amandes sont une collation parfaite et satisfaisante. J’ai personnellement un faible pour les amandes au tamari.

Graines de chia Riches en acides gras oméga-3, fer, calcium, magnésium, fibres et protéines. Vous pouvez vous faire d’excellents puddings de chia pour un déjeuner rapide ou les utiliser pour remplacer les œufs dans les recettes.

Graines de lin Riches en acides gras oméga-3. Très utiles pour remplacer les œufs dans les recettes. Il est important de les moudre pour en absorber les nutriments (il est possible de les acheter déjà moulues).

Graines de chanvre Source importantes de protéines, de fibres, de vitamines et de minéraux et ont un bon équilibre oméga-3 et oméga-6. Trois cuillères à soupe de graines de chanvre contiennent 10 g de protéines… ajoutez-les partout ! Dans vos smoothies, salades, gruaux, céréales ou saupoudrées sur vos toasts au beurre d’arachide.

Graines de tournesol Riches en vitamine E. Elles sont utiles pour remplacer les noix en cas d’allergie. Vous pouvez par exemple faire du beurre de tournesol pour substituer au beurre d’arachide.

Graines de citrouille Bonne source de protéines et fer. Il est recommandé de combiner avec un apport en vitamine C pour absorber le plus de fer possible.

Tahini Riche en fibres et en minéraux, cette crème de sésame est utilisée dans de nombreuses recettes orientales comme le hummus et le babaghanouj. Sa texture onctueuse et son goût de noisette en font un ingrédient idéal pour créer des sauces et vinaigrettes savoureuses et nourrissantes.

Légumineuses

Pois chiches Riches en protéines, fibres et fer. La recette par excellence pour consommer des pois chiches, c’est l’hummus. Si vous faites votre épicerie en vrac, achetez-y vos légumineuses sèches et faites-les cuire vous-même.

Si vous achetez des conserves, ne jetez pas l’eau ! Ce liquide, qu’on nomme aquafaba, remplace à merveille les oeufs dans les meringues, la tarte au citron, la mousse au chocolat, etc. Pour en apprendre davantage, consultez l’article de Curieuse gourmande ou de Science & fourchette. Dans son dossier sur l’aquafaba, le blogue de Science & fourchette nous présente justement trois recettes simples pour l’utiliser : une mousse de base, une mousse au chocolat ainsi qu’une mayonnaise sans oeufs.

Haricots noirs Riches en protéines. Les haricots noirs sont l’accord parfait aux mets mexicains. Utilisez-les dans des burgers, burritos, casseroles, soupes ou salades.

Lentilles Riches en protéines, fibres et fer. Elles ne sont pas dispendieuses, surtout achetées en vrac, ne requièrent pas de temps de trempage avant la cuisson (les légumineuses, oui) et cuisent en 25-30 minutes. Les lentilles s’utilisent en soupes et en salades et remplacent très bien la viande hachée dans des recettes telles que le pâté chinois. Elles sont très versatiles… vous pouvez même les transformer en creton végé.

Tofu ferme ou extra-ferme Que vous le vouliez ou non, le tofu a de fortes chances de devenir votre ami. Pour y parvenir, en épicerie, chercher d’abord à vous procurer des produits de soya (tofu, boisson de soya, etc.) biologiques et sans OGM. Pour faire aimer le tofu aux sceptiques, il faut le presser ! En retirant l’eau du tofu, on permet aux saveurs d’y imprégner. On peut alors faire mariner le tofu avant de le faire cuire et obtenir un résultat délicieux !

Si vous êtes pressés, éponger le soigneusement. Pour en retirer le maximum de liquide, pressez-le. Il se vend des presses à tofu qui semblent bien efficaces… mais on est débrouillard ici ! Alors vous pouvez utiliser la méthode de la pile de livres. Vous avez simplement à couper le tofu en quelques rectangles (4 pour moi), et les disposer en une seule couche sur une serviette à vaisselle épaisse. Rajouter une ou deux autres serviettes à vaisselle sur le tofu et placer une planche à découper par-dessus. Ajouter plusieurs livres lourds sur la planche à découper et laisser reposer pendant au moins 20 à 30 minutes pour permettre à l’eau de s’écouler du tofu. Vous êtes ensuite prêt à le faire mariner (quelques minutes suffissent) et le faire cuire (au poêlon ou au four).

Voici quelques recettes coup de cœur : en sauté, frit, mariné, ou en sandwich.

Tofu soyeux Un véritable passe-partout. Ce type de tofu peut remplacer les produits laitiers tels que le yogourt, la crème sûre, la sauce tzatziki, etc. Il s’incorpore dans la préparation de certains desserts et se faufile dans les plats salés. Pour l’utiliser en morceaux, il faut l’égoutter sur une grille en le compressant (une assiette coiffée d’une grosse boîte de conserve fonctionne bien).

Edamame Excellente valeur nutritive. On peut les acheter en cosse ou décortiquées dans la section des légumes surgelés des épiceries. Il suffit de les faire bouillir 3-4 minutes et de les ajouter dans les salades, les soupes ou les sautés.

Tempeh Protéine végétale faite à base de fèves de soya fermentées. Le tempeh est plus facile à digérer que le tofu et peut être intéressant pour ceux qui ne raffollent pas du goût ou de la texture du tofu. Il présente une teneur très élevée en protéines complètes, ce qui en fait un excellent substitut pour la viande – sans la moindre trace de cholestérol. Polyvalent, le tempeh s’apprête grillé, sauté, mijoté, cuit à la vapeur et haché pour garnir des tacos, du chili ou un délicieux bol du dragon. Pour enlever le petit goût de fermentation, juste à le faire bouillir une dizaine de minutes avant de l’apprêter à son goût.

Protéine végétale texturée (PVT) C’est l’équivalent de la viande hachée ! Fabriquée à partir de farine de soja dégraissée. Riche en protéines et faible en gras et en sodium. Vous pouvez remplacer la viande hachée dans toutes les recettes, comme des tacos ou de la sauce à spaghetti. Il suffit de réhydrater la protéine végétale texturée dans du liquide et de laisser reposer 5 à 10 minutes.

Miso Le miso est une pâte faite de fèves de soya fermentées, avec des céréales (riz ou orge) et du sel. Sa saveur vient ajouter le goût umami aux plats cuisinés. Il faut en utiliser une petite quantité à la fois (très salé). Il s’intègre parfaitement aux vinaigrettes, trempettes, soupes ou comme marinade et se conserve environ un an au frigo. Il s’ajoute en fin de cuisson, car il ne faut pas faire bouillir le miso (aliment vivant qui perdrait ses bons enzymes, ses probiotiques et sa saveur en cuisant trop). Il est aussi recommandé de le dilué dans un peu d’eau tiède avant de l’ajouter à une soupe par exemple. Le miso se présente en plusieurs couleurs : le miso blanc a le goût le plus subtil, le jaune est un peu plus prononcé, le rouge encore un peu plus et le miso brun/noir a le goût le plus riche.

Autres substituts de viande

Fruit du jacquier Substitut à la viande effilochée qui s’intègre parfaitement aux tacos et aux burgers. Utiliser le jeune fruit du jacquier en canne dans la saumure (pas celui dans le sirop, qui est sucré).

Seitan Substitut à la viande, généralement à base de farine de blé, d’épeautre ou de gluten. Tellement plaisant à expérimenter vu qu’il s’apprête de mille et une façons. Le seitan peut être servi chaud ou froid, sur le grill, en sandwich ou en sauce. Il est riche en protéine et ne contient pas de cholestérol.

Assaisonnements

Levure nutritionnelle Levure inactive, composée de champignons de culture microscopiques. Riche en protéines et en vitamine B12. À utiliser (partout) pour donner un goût fromagé à ses plats. Essayez-la dans la délicieuse sauce du dragon.

Herbes & épices Voici, personnellement, les herbes et épices qui se trouvent dans mon armoire et que j’utilise le plus souvent : poudre de chili, cannelle, cumin, poudre d’ail, poudre d’oignon, gingembre, origan, basilic, paprika, paprika fumé (doux et fort), flocons de piments rouges, curcuma, poudre de cari et poivre de cayenne.

Sambal oelek Originaire de l’Asie du Sud-Est, cette sauce piquante combine piments, sel et vinaigre (certaines versions contiennent aussi de l’ail). Juste assez relevée, elle parfume les plats sans les rendre trop piquants. On l’ajoute donc avec parcimonie partout où l’on veut mettre du piquant : sautés asiatiques, soupes, riz frit, marinades, vinaigrettes, sauce barbecue, etc. On peut le préparer soi-même ou l’acheter tout préparé.

Sauce tamari Alternative à la sauce soja pour les personnes ne tolérant pas le gluten, étant donné que la sauce tamari ne contient pas de blé. La sauce tamari est aussi moins salée que la sauce soja.

Peut-on s’assurer d’être en santé avec une alimentation végétalienne ?

Évidemment :seedling::heart: ! Mais ce n’est pas parce qu’on mange végétalien qu’on mange santé.

Je ne suis pas nutritionniste, alors mes connaissances sur le sujet sont très limitées. Voici des sources que j’ai trouvé intéressantes qui pourrait vous informer. Mais si vous avez des questions précises ou n’importe quel problème de santé, consultez un professionnel de la santé.

Lignes directrices sur l’alimentation saine pour les végétaliens
Le végétalisme est-il meilleur pour la santé ?
Peut-on être végétalien sans mettre sa santé à risque ?
Manger végé, c’est bon pour la santé. À condition de…
Arrêtez de dire qu’on doit combiner les protéines végétales !
L’importance du calcium dans l’alimentation vegan
Le côté obscur du soya et du web

On fait quoi quand on n’est pas chez soi ?

Ce n’est pas parce qu’on vise l’autonomie alimentaire qu’on devient obligatoirement des hermites qui ne sortent plus jamais de chez nous… On a tous le droit de prendre une petite pause de temps en temps. En tout cas, moi ça me fait du bien d’être lâche à l’occasion !

Sur la route

Subway Commandez un sandwich rempli avec tous les légumes et garni de vinaigrette à la moutarde épicée. Ajoutez aussi des avocats lorsqu’ils sont disponibles. En prime, la soupe minestrone est végétalienne et délicieuse !

Tim Horton’s Les bagels nature, sésame, pretzel et plein goût sont véganes. Commandez un bagel grillé et faites-y ajouter des légumes (laitue, tomates, concombres et oignons rouges) et de la moutarde. Pour les plus affamés, vous pouvez aussi commander deux patates à déjeuner à part et les ajouter à votre sandwich !

Burger King Commandez le hamburger végétarien servi avec de la laitue fraîche, des tomates, des oignons et du ketchup. Vous pouvez ajouter à votre commande des frites cuites dans l’huile végétale à 100%.

A&W Le burger veggie deluxe est végétarien. Pour le rendre vegan, commandez le sans mayo ni sauce ranch (remplacez par du ketchup et/ou de la moutarde), pas de fromage et sur un pain aux graines de sésame. Accompagné de frites, ça fait très bien la job.

Harvey’s Le hamburger végétarien est à s’y méprendre ! Il est vraiment satisfaisant. À accompagner de frites ou de rondelles d’oignon.

Au restaurant

Avant une sortie au restaurant, consulter le menu en ligne. Vous pourrez déjà avoir une bonne idée de vos options.

Il peut être intéressant des combiner des entrées ou des «à-côtés» pour créer un semblant de repas (soupes, frites, bruschetta, rouleaux de printemps ou salades). Il est aussi possible de véganiser un plat en demandant simplement d’enlever ce qui ne convient pas (pas de fromage ou de mayo par exemple). Dans les restaurants déjeuner, où le choix végétalien est très limité, je prends une assiette «un oeuf», mais je la commande «sans oeuf» et je demande s’il est possible de remplacer par des tranches de tomates. Ainsi, j’obtiens une assiette avec des fruits, des patates et du pain grillé. En apportant ma propre mayonnaise subtilement, je peux me faire un sandwich aux tomates !

Si rien ne vous convient, vous pouvez toujours appeler au restaurant pour demander s’il est possible de faire une assiette spéciale. Certains chefs apprécient le défi !

Il est toujours pertinent d’avoir des collations sur soi lors de sorties ou d’évènements et qu’on ne sait pas si on aura accès à de la nourriture qui nous convient. Quand je pars de chez moi, j’apporte toujours une galette et des noix avec ma bouteille d’eau.

Quelques conseils

Soyez ouvert d’esprit. Osez faire des découvertes. :tada:

Adaptez votre façon de cuisiner. Manger végétalien prend plus de préparation. Et c’est encore plus vrai si on prévoit tout cuisiner nous-même. Alors faites-vous des listes, prévoyez-vous du temps et impliquez votre famille ou vos amis, la tâche se transformera alors en activité plaisante !

Soyez respectueux envers les gens qui consomment des produits d’origine animale. Je me suis rendue compte que je ne pouvais pas juger personne quand je me suis rappelée que je mangeais de la viande il y a de cela 2 ans seulement :face_with_hand_over_mouth:. La pire façon de faire valoir son point, c’est d’essayer de convertir quelqu’un à tout prix.

Permettez-vous d’acheter des produits de substitution pendant votre transition si ça peut vous aider. Mais essayez de réduire leur utilisation au fur et à mesure.

Quand vous terminez un produit qui contient des substances animales, remplacez-le par son équivalent végane. Et pour aller plus loin, apprenez à le cuisiner vous-même !

Le fromage… ce traitre :weary:. Gardez-en tête que le fromage est considéré comme une véritable addiction et que c’est normal que ce soit le plus difficile à arrêter. Le mieux pour moi a simplement été de commencer par ne plus faire de recettes qui contiennent normalement du fromage (pizza, lasagne, gratin) pour un temps. Comme on s’habitue à tout (ou presque) dans la vie, j’ai fini par moins ressentir le besoin de fromage. À ce moment-là, il est possible de tenter les alternatives végétales. C’est vraiment satisfaisant de faire une pizza 100% fait maison (de la pâte, à la sauce, au mozzarella).

Il y a autant de façon de devenir végétalien qu’il y a de gens différents. Allez-y à votre rythme ! Certains vont tout couper du jour au lendemain. D’autres vont commencer par végétaliser un repas par jour, ou un jour par semaine. D’autres encore vont y aller par étape, en commençant par couper la viande rouge, puis le poulet, le poisson et enfin les œufs et les produits les laitiers. Pour certains, comme moi, c’est un processus qui peut s’étaler sur plusieurs années :wink: !

Ressources

Pour aller plus loin, vous pouvez consulter les ressources que je vous propose. Ce sont celles que j’utilisent le plus souvent… mais évidemment, il y en a bien plus ! Avez-vous des ressources favorites à suggérer :grin: ?

Des blogues pour s'inspirer

La cuisine de Jean-Philippe
Valises & Gourmandises
Cuisine futée parents pressés (section végé)
Soya & Chocolat
Rose Madeleine
100% vegetal
Hot for Food (en anglais)
Minimalist Baker (en anglais)
Plant Based Kindness (en anglais)
Oh She Glows (en anglais)
Finding Vegan (en anglais)

Des chaînes Youtube qui donnent des idées

Bosh
Hot for food
The Edgy Veg
Cheap Lazy Vegan

Des livres pour la tête
  • Plaidoyer pour les animaux par Matthieu Ricard
  • Je mange avec ma tête par Élise Desaulniers
  • Vache à lait par Élise Desaulnier
  • Introduction au carnisme – Pourquoi aimer les chiens, manger les cochons et se vêtir de vaches par Melanie Joy
  • Voir son steak comme un animal mort par Martin Gilbert
  • Antispéciste par Aymeric Caron
  • La libération animale par Peter Singer
Des livres pour cuisiner
  • Isabelle complètement vedge
  • La cuisine de Jean-Philippe
  • Le défi végane 21 jours
  • Mon premier dîner végétalien
  • Les livres de Isa Chandra Moskowitz
  • Les livres de Oh She Glows (en anglais)
  • Les livres de Thug Kitchen (en anglais)
Des livres pour le coeur
  • The Gentle Barn (en anglais) par Ellie Laks
  • The Lucky Ones (en anglais) par Jenny Brown
Des livres pour sa santé
  • Comment ne pas mourir par le Dr. Greger
  • Le Rapport Campbell par T. Colin Campbell
  • The Blue Zones: Lessons for Living Longer From the People Who’ve Lived the Longest (en anglais) par Dan Buettner
Des documentaires qui ouvrent les yeux
  • Cowspiracy
  • Forks over Knives
  • Food Inc.
  • Vegucated
  • What the Health (à prendre avec un grain de sel, voir Le Nutritionniste Urbain)
  • Earthlings (celui là, en fait, je n’ai encore jamais osé l’écouter)
  • Erin Janus sur Youtube
Des sites informatifs

Viande.info
Association végétarienne de Montréal
Vegan-Pratique.fr
The Vegan Society (en anglais)

Vêtements et cosmétiques

Des domaines que je connais moins. Voici donc quelques sources pour vous éclairer :

Comment se vêtir de façon vegan
La fourrure
Comment influencer l’industrie de la mode
La mode hivernale sans cruauté animale
Produits non testés sur les animaux
Trois compagnies locales de cosmétiques sans cruauté à découvrir
Faites-vous mêmes vos cosmétiques ! Consultez le site des Trappeuses pour une foule d’idées !

Mot de la fin

Et voilà! J’espère vous avoir fourni quelques idées pour partir du bon pied. Devenir végane est une excellente décision à prendre selon moi. D’abord parce que vous pourrez maintenant regarder des vidéos cutes de cochons et de vaches :pig: :cow: et vous dire que vous n’encouragez pas leur souffrance. Mais surtout pour les nombreux bénéfices pour votre santé, celle des animaux et celle de notre planète. :heart:

Et vous? Avez-vous des recettes préférées ou des conseils à rajouter :grinning: ?


Veganisme et autosuffisant?
#2

Très bel article! Je suis végétalienne depuis 1 an et je cuisine beaucoup. Je consomme encore des produits transformés comme les laits végétaux, le tofu et parfois des fausses viandes.

J’espère pouvoir arriver à tout faire par moi-même et tendre vers l’autosuffisance alimentaire :blush: