Les facteurs à observer pour évaluer un terrain

Les facteurs à observer pour évaluer un terrain
0

#1

Bonjour à tous!

Nick et moi irons visiter un terrain en fin de semaine et je tente de rassembler toutes les informations à prendre en compte afin de l’évaluer au mieux possible… Et j’aimerais votre aide! En même temps, une petite voix me dit que ce fil de discussion risque d’être bien utile pour plusieurs :stuck_out_tongue:

Donc voilà les éléments auxquels j’ai pensé jusqu’à maintenant. Ce n’est pas une liste finale, mais plutôt une première pierre à l’édifice, et j’invite la communauté à poursuivre la construction :stuck_out_tongue:

  • L’orientation par rapport au sud
    Pour pouvoir y construire une maison solaire passive, une serre, cultiver des jardins, installer des panneaux solaires, etc. Le terrain qu’on envisage nous challenge dans le fait qu’il possède une magnifique vue, mais au nord… Ce serait un beau défi pour profiter pleinement de l’apport solaire tout en trouvant une façon de profiter de la vue.

  • L’eau
    Avec les inondations assez intenses de l’an dernier et qui vont certainement se reproduire avec les changements climatiques, je ne cherche pas à m’établir près d’un cour d’eau à risque. Il faut aussi penser aux veines d’eau souterraines, qui sont à prendre en compte dans le choix d’implantation de la maison.

  • La biodiversité
    Ce n’est pas du tout mon domaine, alors je devrai faire des recherches! Je veux prendre des photos des plantes, arbres et insectes sur place, ainsi que empreintes d’animal si j’en trouve, qui nous donneront sûrement pas mal d’informations sur le lieu. Je sais que l’endroit aura déjà son milieu vivant bien à lui et je veux m’y adapter pour travailler en synergie avec lui.
    On peut aussi regarder cela du point de vue des ressources. Si le terrain s’y prête, on aimerait s’y fournir pour le bois de la charpente, et le bois de chauffage. Si on trouve un terrain avec beaucoup d’érables, on aimerait faire notre sirop.

  • Le type de sol
    Comme on veut aller vers l’autosuffisance alimentaire, ce sera à prendre en compte : le sol est-il riche ou devra-t-il être travaillé? C’est aussi important pour les fondations de la maison.
    J’ajouterais l’inclinaison du terrain, car elle pourra compliquer la construction d’une maison et l’aménagement et l’entretien d’un chemin. Ce sont des points à faire valider avec des experts si le terrain nous intéresse vraiment.

  • La proximité
    Bien qu’on souhaite être autosuffisants le plus possible, on ne pourra pas tout faire nous-même. Il faut penser au temps qu’on est prêts à mettre chaque fois qu’on a besoin de faire une commission X ou Y, pour aller travailler (vive le travail à la maison dans mon cas :smile:), ou pour que nos futurs enfants aillent à l’école, etc. Si on aime particulièrement quelque chose comme le paddle board dans notre cas, on peut se demander s’il y aura possibilité d’en faire aux environs.
    Il faut aussi réfléchir à la proximité avec nos amis et nos familles. Sommes-nous prêts à nous éloigner d’eux? Si oui, quelle distance est encore acceptable pour nous? Dans notre cas, on est prêts à s’éloigner, mais à ce moment-là on tient à ajouter un espace pour garder nos proches à dormir.

  • Le coût d’achat et les taxes
    LA raison pour laquelle on s’éloigne de Québec :stuck_out_tongue: Le terrain et ses taxes sont-ils envisageables pour nos moyens?

  • Les services
    L’aqueduc et l’électricité sont-ils rendus près du terrain? La route pour se rendre au terrain est-elle privée (ça aura un impact sur ses coûts d’entretien, le déneigement, le fait que les collectes de déchets se fassent ou non près de chez nous, etc.)? Est-ce que le cellulaire “pogne” à cet endroit?
    Aussi, quels sont les services offerts par la municipalité? Les enfants auront-ils accès à des écoles à proximité s’ils veulent poursuivre leurs études après le secondaire?
    Ma soeur me disait que dans sa municipalité, il n’y a pas de piscine et donc pas de cours de natation pour son fils. Ce genre de détails peut être plus ou moins importants selon la personne en recherche de terrain, mais il est bon d’y penser!

  • Le zonage / les règlements municipaux
    Des points trèèèèès importants! Est-ce que le zonage actuel permet le type de projet envisagé? Est-il possible d’avoir des animaux sur place? Si oui, lesquels et combien? À quelles normes la construction doit-elle se conformer (dimensions, matériaux, distances à respecter avec les limites du terrain, etc.) D’un endroit à l’autre ça change beaucoup alors il faut bien éplucher le dossier!

  • Visiter le terrain à chaque saison
    J’ai souvent entendu ce conseil et c’est vrai que ça fait toute une différence. Actuellement derrière notre appartement il y a un “lac” qui s’est créé avec la fonte des neiges, et il y en avait eu un aussi à l’automne. On devinerait difficilement ça en été! En hiver, il vente tellement qu’il se forme un mur de neige immense derrière la maison, et la galerie doit être déneigée à chaque tempête. Disons qu’on ne mettrait pas une serre à cet endroit! Encore une fois en été, on pourrait difficilement deviner ça!

Voilà pour ma réflexion jusqu’à maintenant! Je suis impatiente de vous lire! :slight_smile:


#2

Quand on a acheté notre maison, nous avons regardé la maison et fait inspecté mais aussi regardé le terrain parce que je voulais un jardin.

Une chose importante est l’ensoleillement mais aussi les brises vent. J’habite sur le bord du fleuve mais le terrain est entouré d’arbre sur tous les côtés. On entend souvent le vent passer par dessus les arbres mais on sent rarement les grosses rafales. Ça joue aussi sur la température de la maison.

Regarde aussi quels type d’arbres vous avez. Si c’est du tremble, attendez vous à devoir enlever des racines même où il n’y a pas d’arbre. Une forêt entière peut être constituée d’un seul peuplier qui a drageonné un peu partout.

Un autre point important qu’on n’a pas constaté quand on a visité est la quantité d’insectes piqueurs. Pour les animaux, c’est important. Nous devons mettre un moustiquaire à l’enclos des lapins sinon je pense qu’ils pourraient mourir d’anémie ou empoisonnement aux maringouins. En tout cas, un museau boursouflé et pas de poil dans le cou, c’est déjà cruel pour un lapin je trouve. Je dois moi-même mettre un vêtement moustiquaire quand je vais les nourrir au risque d’avoir une dizaine de piqûre en quelques minutes seulement.


#3

Merci beaucoup Marilene pour ces informations qui sont toutes très pertinentes!

Le vent effectivement, ça m’étonne que je n’y ait pas pensé : je ne l’ai jamais vu à ce point comme un élément important que depuis que j’habite près des champs! C’est une force inouïe quand on y est exposé!


#4

J’ajouterais au point du zonage que si le terrain possède une maison en zone agricole, il faut vérifier à ce que la maison ne soit pas un droit acquis exclusif à ceux qui l’ont faite construire. Par exemple, si la maison est issue de l’article 40 de la CPTAQ et que vous la rachetez ainsi que le terrain où elle se trouve, vous ne pourrez pas la reconstruire dans le cas d’un incendie, par exemple.
Il faut faire très attention à ça!


#5

Je viens de penser à la zone de rusticité, qui a un gros impact sur la culture! La présence d’un microclimat également. Je pense à @Emilie_Turgeon qui est en montagne et qui voit sa saison raccourcie par rapport à la ville voisine, c’est à prendre en compte quand on vise l’autosuffisance alimentaire!


#6

Étant dans cette situation, en plus des items déjà mentionnés, j’ajouterais qu’il faut vérifier le type de terrain, ce qui n’a rien à voir avec le zonage. Si le terrain n’a pas de maison et est en zone agricole, est-ce qu’il a un droit acquis de bâtir? Si oui, on creuse, sinon, si il n’a pas de droit de bâtir acquis; est-ce que c’est un lot enclavé, un îlot déstructuré, une terre aliénée ou autre? Les terres ayant perdues leur droit de bâtir peuvent difficilement en avoir un nouveau maintenant depuis la nouvelle loi. Il y a des superficies, des zonages et des règlements municipaux et régionaux à satisfaire.

Il faut aussi regarder les caractéristiques des plantes qui peuplent le terrain. Une grande biodiversité ne veut pas dire que le terrain est propice à l’agriculture! Les milieux humides (même si l’eau n’est pas visible l’été) devront être aménager si on veut espérer de bonnes récoltes.

Si il y a beaucoup d’arbres autour, il faut considérer leur croissance à long terme. Un endroit ensoleillé bordé par des jeunes arbres sera bientôt une zone d’ombre à moins de faire du défrichage.

Dans une idée d’auto-suffisance, il faut aussi vérifier si il est permis de chasser sur le terrain (ce qui n’est pas toujours le cas même en pleine forêt) et regarder si il y a des règlements spécifiques au site que l’on veut exploiter.

Bon je crois que c’est tout. Si je trouve autre chose, je vous fais signe!


#7

Salut!
Je dirais que c’est une liste très exhaustive et si tu t’y tiens tu trouveras difficilement chaussure à ton pied :wink:
Moi j’ai cherché mon terrain pendant 2 ans de l’Estrie, à Lanaudière, en passant par l’Outaouais et j’ai fini par acheter en Mauricie.
Les seuls critères que j’avais était le prix la proximité de l’eau et la foret. J’ai découvert un coin magnifique, avec des normes permissives (mini-maisons acceptées, pas de délais de construction etc). Plus on a d’attentes plus on risque la déception :blush:


#8

Je suis d’accord avec toi J-F, mieux vaut ne pas chercher à trouver un terrain qui aura tous les avantages qu’on aimerait, sinon ça risque d’être difficile!

Je voyais plutôt cela comme une grille d’évaluation pour faciliter la réflexion. J’ai souvent du mal à prendre des grandes décisions et de me donner les outils pour éclaircir mes idées m’aide beaucoup. Bien sûr le facteur coup de coeur ne s’évalue pas dans une telle grille et c’est bien parfait ainsi! Mais parfois entre plusieurs coup de coeur j’ai besoin d’aide :stuck_out_tongue:


#9

Bonjour! Deux options intéressantes pour faire l’analyse solaire d’un terrain sont

  1. Le logiciel Sketchup, un logiciel de dessin 3D qui permet d’orienter la maison que tu auras designer et la géolocaliser afin de déterminer la position du soleil avec les saisons. (La géolocalisation n’est malheureusement plus disponible gratuitement depuis 2017).

  2. L’application mobile Sun Surveyor qui permet en temps réel de voir le positionnement du soleil et de l’estimer également dans le temps afin de bien choisir le positionnement de la maison live sur ton terrain!

Caro


#10

Je suis en train de lire le livre d’Eliot Coleman «The New Organic Grower» et il y a justement une section qui décrit les critères à évaluer pour l’achat d’une terre qu’on désire cultiver. Je vous résume les points principaux:

  • Type de sol La taille des particules de sol et leur quantité respective déterminent la texture d’un sol. Il existe trois catégories de particules : sable, limon et argile. À cela s’ajoute aussi l’humus (la matière organique) qui vient aussi influencer la texture du sol. Il n’est toutefois pas nécessaire de rechercher le meilleur type de sol possible, car presque tous les sols peuvent être transformés en terres cultivables productives avec un peu de travail!

  • Profondeur du sol 3 choses à considérer par rapport à la profondeur du sol. 1) La distance du substrat rocheux qui pourrait indiquer un sol peu profond, 2) La distance de la nappe phréatique qui pourrait être un obstacle pour la plantation au printemps, 3) la profondeur de la couche arable (topsoil en anglais) qui se trouve être la couche supérieure su sol, la plus riche.

  • Orientation et la pente Préférer une terre avec une pente sud-ouest.

  • Écoulement de l’air (air drainage) Une zone basse avec peu de mouvement de l’air est indésirable (développement de maladies fongiques, pression plus importante des polluants de l’air, air plus froid durant les nuits froides).

  • Protection du vent et ensoleillement Bien que les mouvements d’air sont importants, trop, c’est comme pas assez. Il est aussi important d’évaluer la trajectoire du soleil en été par rapport à l’hiver.

  • Eau Les terres adjacentes à une rivière sont habituellement plus fertiles et simples à travailler, mais sujettes aux inondations et il est donc avantageux de pouvoir cultiver sur d’autres sites plus élevés au printemps. Il est aussi important de prévoir une source d’eau facilement accessible pour les champs plus à risque de sécheresse.

  • Situation géographique Penser à la proximité d’un marché si vous comptez y vendre vos légumes :wink:

  • Aussi penser à l’accès au site ainsi qu’au déplacement sur les terres, à la sécurité des lieux (prédateurs à 2 et 4 pattes), la présence de pollution aux alentours, la dimension des terres que vous avez besoin et il peut aussi être intéressant de faire des analyses du sol.


#11

2 messages ont été déplacés vers un nouveau sujet : Terrains à vendre à Sainte Marguerite du Lac Masson


#12

Salut gang, Je suis d’accord avec le groupe sur le fait que c’est difficile de trouver un terrain parfait selon tous nos critères, tout en respectant le budget ! Moi et ma blonde on a décidé de changer de stratégie et regarder les maisons usagées à vendre, car nous ne sommes pas prêts pour acheter un terrain et y construire notre maison tout de suite, par contre je veux commencer à planter des arbres à noix et à fruits afin de pouvoir être autonome le plus possible dans le futur.

Souvent les grands terrains seuls sont dispendieux et difficile à financer si nous n’avons pas 50% de mise de fond au début. Par contre, avec une maison ou un chalet déjà construit on peut financer avec moins d’argent, car la maison sera en garantie et on peut commencer tranquillement le projet jardin et autonomie alimentaire , tout en rénovant la maison ou en l’améliorant.

Les beaux terrains sont soient déjà construits ou gardés pour des projets futurs…
petit truc pour élargir vos recherches, surtout en zone agricole ou villégiature.


#13

Rebonjour!

Nous avons trouvé un autre terrain avec une petite maison à rénover de fond en comble ; un beau projet pour mon chéri menuisier!

Il est super intéressant, mais il y a un milieu humide qui occupe une partie du terrain. @JP_Ross tu en avais fait mention

J’imagine que ça dépend d’un milieu à l’autre, mais pourrais-tu m’en dire plus à ce sujet? As-tu fait face à cette réalité?

@Alexandra_Larose tu disais également que tu en avais plusieurs sur le terrain, avez-vous fait des recherches là-dessus?

@WenRolland As-tu déjà conçu un aménagement avec un milieu humide?

Je suis en train de lire sur le sujet les publications du gouvernement, mais j’aimerais avoir aussi l’avis de propriétaires de terrain avec cette caractéristique. Je sais que ce sont des milieux très importants pour la nature et je ne voudrais pas lui nuire bien sûr! Je voudrais plutôt être capable d’aménager l’endroit pour créer une cohabitation entre les plantes, les animaux sur place, les insectes et un jardin maraîcher.

Je me questionne aussi sur la réelle nature de cet endroit car sur le terrain voisin, en amont, il y a un puits qui déborde et qui coule sur ce terrain en un petit ruisseau. La maison est centenaire et on voit que le petit ruisseau avait autrefois été aménagé avec un muret de pierres de chaque côté, mais qu’avec le temps le muret s’est défait et l’eau coule maintenant plus bas sur le terrain. C’est le courtier qui nous a dit que c’est un milieu humide, mais peut-être est-ce simplement parce que cette eau est mal gérée?

Heureusement, on a vu les fondations de la maison et tout est au sec, pas de moisissures ni de traces d’humidité donc ça ne semble pas avoir coulé par là.


#14

Pour notre part, les milieux humides sont «protégés», alors on va les laisser comme ça et peut être juste les entretenir/améliorer avec les années, mais on ne peut pas les enterrer. Je pense par contre qu’on pourrait en créer plus. Pour notre part, les milieux humides sont dans le fond du terrain, loin de la maison et de l’endroit où on veut cultiver, alors ça ne nous dérange pas vraiment.

En fait, tu fais bien de vérifier, parce que l’ancien propriétaire avait remplis des milieux humides afin de créer un espace où il voulait construire une écurie, et il avait reçu une mise en demeure du ministère de l’environnement, du développement durable et je sais plus trop (un nom long de même lol) qui lui demandait de remettre en état. On a donc un rapport d’un biologiste qui a étudié le terrain et les milieux humides, il n’y avait aucune espèce en danger et ce sont des milieux humides qui ont été «créés» par l’homme (un des propriétaire se servait du terrain comme «carrière», bref suite à cela et au fait que la ville avait permis le remblayage sans consulte le ministère, la mise en demeure a finalement été annulé, mais comment ils ont su cela? Il parait qu’avec google earth ils peuvent trouver des photos aussi loin que 1998 et ils avaient des photos montrant des étangs temporaires puis des photos montrant qu’il avait remplis des milieux humides sans permission. Est-ce une plainte d’un voisin ou? En tout cas, pour vous donner une idée, la mise en demeure était de 50 000$, donc pas à prendre à la légère!


#15

Effectivement c’est très réglementé! 50 000$ aïe aïe aïe!

Rassure-toi, je ne veux pas enterrer ni nuire au milieu, je me demande plutôt s’il y a de l’ouverture pour l’aménager, par exemple en dirigeant les veines d’eau vers un même endroit pour en faire une piscine naturelle ou encore en faisant des swales. Il existe sûrement plusieurs façons d’en faire mais pour vous donner une idée de ce que c’est :

Je poursuis mes recherches petit à petit. Je ferai un fil de discussion là-dessus quand j’aurai assez d’infos :blush:


#16

Salut,
Je fais actuellement face à cette situation en ce moment. Tout dépend du type de milieu auquel tu fais face. Est-ce que ton terrain a été déclaré milieu humide par un biologiste indépendant lors d’une étude quelconque ou il est officiellement répertorié par le ministère? C’est la classification a été faite par le ministère, malheureusement tu ne pourras pas faire grand chose comme aménagement car même si tu veux “aider” le milieu (exemple faire recreuser une lac qui s’est rempli avec la boue pendant des année pour que les poissons et autres animaux puissent survivre l’hiver) la réponse est généralement non, mais il faut vérifier avec eux. Si c’est seulement une étude sans valeur légale, comme dans mon cas (en partie) tu peux faire des aménagements, mais tu as plusieurs points à considérer avant de commencer (seulement pour la gestion de l’eau):
-le type de culture que tu veux faire
-les conditions requises pour que tes plantes survivent (type et profondeur du sol, humidité de la terre…)
-la hauteur de la nappe phréatique
-l’écoulement naturel des eaux
-la présence de cours d’eau

Dans ton cas, tu dis qu’il y a un puits qui déborde chez le voisin et qui forme un ruisseau jusqu’à ton terrain. Est-ce qu’il y a un endroit plus bas pour évacuer l’eau ou le ruisseau “meurt” sur le terrain? De quoi à l’aire le ruisseau à la fonte des neiges et lors de grosses pluies? Est-ce que la maison est dans le bas ou le haut de la pente?

Tu veux faire des swales pour contrôler l’eau. Tout ce qui est eau de surface (visible) normalement tu ne peux rien faire pour dévier son orientation (à confirmer avec le ministère), mais l’eau souterraine, tu peux la canaliser, mais pense bien à ton plan car refaire des pentes de terrain ce n’est pas si facile sur une grande surface.

Tu pourrais aussi regarder “Le verger permaculturel, au-delà du bio” de Stéfan Sobkowiak. Il donne de l’information sur comment choisir son terrain et l’aménager pour partir en culture. Il parle de verger, mais pour la culture maraîchère, les mêmes principes s’appliquent. Si tu as d’autres questions, tu peux m’écrire. Je vais regarder mes messages un peu plus souvent.


#17

Merci beaucoup pour ces infos, j’apprécie! Je vais creuser tout ça, je n’ai malheureusement pas beaucoup d’informations pour l’instant. Je vous tiens au courant! :blush:


#18

Bonsoir!

Petite suggestion… faire des tests électromagnétiques :slight_smile:

http://em3e.com


#19

Je répète des points déjà dit plus haut. Mais je pense qu’ils sont très importants.
Choisir un terrain exposé plein sud.
Le plus possible à l’abris des vents côte ouest. Mais si cela vous coupe la vue des couchers de soleil. Ils est plus important côté énergie d’avoir le soleil levant plutôt que couchant. Le vent fais baisser la température de façon importante.
Peut-être avant d’implanter une nouvelle maison, vérifier les points d’énergies négatives venant du sol. Pour ce point je peu vous être utile. De même que pour localiser un puit si vous en avez besoin.