L'amour de la nourriture

L'amour de la nourriture
0

Bonjour à tous! J’ai mis un peu de temps à me présenter… Je m’appelle Cédric, et je trippe a fond sur la nourriture. J’ai 9 ans d’expérience en cuisine, 4 en agroalimentaire et j’ai étudié (et j’ai aussi appris bien plus en étant autodidacte) la science des aliments. C’est un bonheur immense de manger et je suis à la toujours à la recherche de produits incroyables.

Je suis presque arrivé, en habitant en plein coeur de Québec, à completer l’hiver avec des fruits et légumes du Québec cultivés par un ami à moi sur la rive-sud. Cet été, je me sauve dans le centre du Québec et nous serons pleinement autosuffisants et fruits en légumes, en plus de commencer plusieurs essais en production et transformation de céréales. Les animaux viendront plus tard.

Je commence à me débrouiller pas mal en fermentation (kombucha, lactique, aspergillus oryzae) et en fabrication fromagère. D’ailleurs, si vous voulez vous lancer, allez-y! C’est incroyable et y’a moyen de faire pas cher.

J’ai la profonde conviction que le respect de la nature est la clef pour des produits sains et délicieux. Mais bon, si vous êtes ici, fort probablement que vous aussi!

Bref, jusqu’ici, j’aime ça vous lire, vous m’apprenez plein de trucs, c’est une chouette communauté en ligne. J’espère pouvoir contribuer!

À bientôt!

1 J'aime

Bonjour Cédric, bienvenue sur le peuplier et merci d’avoir pris le temps de te présenter :slight_smile: C’est chouette de vous lire et de vous découvrir!

Très cool ce projet, et ce que tu as déjà accompli! L’aspergillus oryzae, je ne connaissais pas, bien que ce soit utilisé pour plusieurs ingrédients que je consomme. Je viens d’aller lire un peu sur le sujet, ça semble intéressant, bien qu’à utiliser avec certaines précautions on dirait?

Au plaisir d’apprendre de ces belles expériences, et d’échanger à nouveau! :slight_smile:

C’est sur que c’est plus fragile que les bactéries lactiques. Les moisissures mettent plus de temps à s’installer, alors il faut faire attention de limiter les risques de contamination et d’offrir le meilleur milieu possible. Ça prend un bon nettoyage, stérilisation des contenants si possible et bon contrôle de l’humidité. En faisant attention, ça se fait très bien!

Le NOMA guide to fermentation, entre autre, vulgarise super bien les précautions à prendre et la marche à suivre pour pas mal de produits à base d’oryzae, si y’a des curieux.

1 J'aime

Bienvenue Cedric!
J’ai aussi le guide de fermentation du NOMA et il a des truc assez flyé a faire dans ce livre! J’ai testé les kombucha au café et au sirop d’érable! Et j’ai tester plusieurs lacto-fermentation sous-vide! D’ailleurs leurs techniques sont parfois contester car il ne font pas nécessairement ça dans les règles de l’art mais bon, j’aime ce qui sort de l’ordinaire! Sa me donne envie de faire un post ca! Au plaisir de re-échanger.

Les « règles de l’art » sont adaptées à la nourriture de production de masse. C’est le choix de la matière première, et par là je veux dire la façon dont elle a été produite, qui est la meilleure assurance que tu peux avoir que ta fermentation va bien aller! Surtout pour la lacto… Une flore bactérienne en santé, ça déborde de bactéries lactiques! Le lait cru, les fermentations spontanées, tout ça… c’est un risque bien plus grand quand c’est mal cultivé/élevé.

On a un gros problème avec notre façon de produire, le meilleur exemple selon moi étant le boeuf, alors qu’une bactérie comme E-coli O157H7 (la pathogène) n’existe pas dans les bêtes boeufs qui mangent ce qu’elles doivent manger, c’est-à-dire de l’herbe de pâturage plutôt que du maïs…

Un sol en santé, des animaux bien nourris et bien-entendu une technique adéquate pour la transfo et je suis totalement confiant!

Le livre est vraiment chouette! Et c’est vraiment bien qu’ils donnent une méthode de base facilement applicable, ça permet de sortir du cadre assez facilement.
Quelles lactos as tu bien aimé?