Habitant de la planète terre, pour le moment

Habitant de la planète terre, pour le moment
0

Je suis un homme de 62 ans originaire de Montréal et maintenant vie a Prévost. Pour des raisons personnelles, j’ai passé ma vie a chercher a comprendre le sens des choses. Pourquoi faire tel ou tel gestes?
Je suis arrivé a la conclusion qu’il serai préférable pour moi et la planète de ce réunir en petites communautés pour partager nos connaissances, nos outils, notre terre, etc. Cela aurai comme résultats de diminuer nos besoins, et de sortir de l’isolement physique.
Diminuer nos besoins pour enlevé des camions sur les routes et des bateaux extrêmement polluants sur les océans.
Sortir de l’isolement physique, car je croie que l’isolement est une illusion, nous somment tous lier. Sortir de l’isolement physique apporterai la nécessité de reconnaître l’importance que les autres humains ont dans notre vie et de cessez de croire a une valeur humaine différente pour chacun de nous.
Je souhaite trouver des gens ou une communauté prêt a relevé le défi. Voila ce qui donnerai un sens a ma vie.

2 J'aimes

Bonjour Richard, merci beaucoup d’avoir pris le temps de te présenter, et bienvenue sur le peuplier.

Le forum n’est pas nécessairement utile pour sortir de l’isolement physique en ce sens qu’il est d’abord un forum en ligne, mais j’organise aussi à l’occasion des rencontres, pour les gens qui souhaitent justement rencontrer en personne des gens de leur région, qui s’intéressent aussi à l’autosuffisance et/ou l’écoresponsabilité. J’aimerais en faire une dans les Laurentides, probablement cet hiver, si jamais ça peut t’intéresser :slight_smile:

Il y a aussi Solution ERA qui organise des soirées d’Home Dating, dont voici la description :

Ce groupe est espace virtuel d’échange, pour ceux et celles qui sont intéressés à réseauter avec d’autres personnes, soit dans la même région qu’eux ou dans d’autres régions. L’objectif premier est de pouvoir partager contacts, ressources, vision de projet et ainsi pouvoir retrouver les personnes ayant les mêmes valeurs et des forces ou talents complémentaires.

Ultimement, les gens qui désirent démarrer des projets d’éco-communautés, des éco-quartiers, éco-hameaux, co-habitat, habitat groupé ou partagé, ou tout simplement établir un bon voisinage autours de leur projet, pourront échanger et se retrouver afin de créer ensemble l’avenir de demain, ici et maintenant.

Il y a une rencontre prévue le 2 octobre pour les Laurentides, et je sais que Renaud, le responsable, cherche des gens dans chaque région pour les co-organiser (notamment trouver un local) si jamais ça t’interpelle. Voici le lien vers le groupe : https://www.facebook.com/groups/370024493469678/

Finalement, je t’invite aussi à visionner la chaîne Youtube de Futurs écovillageois recherchés, qui présente différents écovillages au Québec, si jamais tu aimerais te joindre à l’un d’entre eux :


Elles ont également un groupe facebook pour permettre aux gens qui partagent ta volonté de joindre ou fonder une communauté, de se parler entre eux https://www.facebook.com/groups/futurecovillageoisrecherche/

Mais au-delà de ces ressources, je tiens à dire que je partage tes sentiments. En-dehors du peuplier et de mon emploi, j’ai travaillé ces dernières années à un projet de garderie en milieu intergénérationnel : implanter une garderie dans une résidence pour aînés à Lévis, car je trouve que ces générations ont énormément à s’apporter.

D’un côté, la présence lumineuse des enfants pour les aînés qui se sentent souvent seuls, auxquels on n’offre pas nécessairement une place de choix dans notre société axée sur la production, la rapidité. De l’autre côté, toutes les connaissances et l’attention des aînés, qui ne demandent qu’à être transmises.

En prévision de ce projet, j’ai eu la chance d’organiser, avec une école et une résidence, quelques rencontres entre des enfants de maternelle et de 5e-6e année et des aînés, afin de visiter une serre, semer des graines de tomates, peindre des pots et transplanter les semis quelques semaines plus tard dans leurs jolis pots. Ça a été une belle réussite, et on a découvert que l’une des aînés était une passionnée d’art qui avait beaucoup peint durant sa vie ; elle avait des étoiles dans les yeux de pouvoir montrer cela aux enfants. D’autres parlaient de leurs jardins quand ils étaient plus jeunes, ou de leurs enfants.

Le projet n’a malheureusement pas fonctionné à Lévis ; le Ministère n’a pas remis le permis pour la garderie car la région avait déjà suffisamment de places offertes (même s’il s’agissait d’une garderie de 8 enfants, offrant un service totalement différent de ce qu’on connaît dans les environs, et sans égard à ce que cela aurait apporté aux aînés… Enfin bref.)

Tout cela pour dire que oui, mettre les gens en contact, ça apporte tellement. Les plus jeunes comme les plus âgés, les gens de tous les horizons, ont tous quelque chose à partager. On prend juste trop rarement le temps de s’asseoir et de s’intéresser à l’autre.

Au plaisir d’échanger avec toi, et tiens-nous au courant de tes démarches si le cœur t’en dit, car joindre une écocommunauté est un souhait partagé par plusieurs ici! :slight_smile:

Bonjour,

Je me questionne sur la possibilité d’organiser une rencontre pour les gens intéressés a l’autosuffisance et l’écoresponsabilité mais je n’ai jamais participé a une rencontre de ce genre. Y-a-t’ils des conférenciers? Des éducateurs? Comment vendre une rencontre sur ce sujet?

Le lun. 2 sept. 2019 à 09:28, Marie-Michèle Doyon via Le peuplier info@lepeuplier.ca a écrit :

Bonjour Richard,

Désolée je viens tout juste de voir la réponse entrer!

Je compte toujours organiser une rencontre de ce genre dans les Laurentides :slight_smile: Si jamais tu connais un local où ce serait possible d’accueillir une trentaine de personnes sans frais ce serait super!

La formule que je propose est que chacun se présente à tour de rôle en début de soirée pour connaître les intérêts de chacun, puis on fait un petit quizz sur l’autosuffisance (que j’ai préparé) en sous-groupes histoire de briser la glace et apprendre un peu les uns des autres, et le reste de la soirée est libre pour échanger.

J’ai eu le plaisir de faire une telle rencontre à Québec, Montréal et j’en organise une autre au Bas-Saint-Laurent en novembre. J’en ressors toujours avec une foule de nouvelles informations et surtout un grand bonheur d’avoir rencontré des gens qui partagent mes valeurs :slight_smile: Ça donne de la motivation pour poursuivre ses projets!

Je vérifie si je peu avoir une salle et je reviens.

Le ven. 4 oct. 2019 à 09:37, Marie-Michèle Doyon via Le peuplier info@lepeuplier.ca a écrit :

1 J'aime