Le vélo électrique peut-il remplacer l'auto?

Le vélo électrique peut-il remplacer l'auto?
0

Salut tout le monde,

Dans ma réflexion pour une transition vers un mode de vie moins dépendant des énergies fossiles, je me suis demandé si je serais capable de me déplacer à vélo printemps-été-automne. J’avais fait l’expérience l’été passé de me rendre au travail le plus possible en vélo (10 km l’allé) et je me suis rendu compte à quel point l’automobile nous offre un confort. On ne fait aucun effort physique pour se mouvoir, on est dans un climat contrôlé et à l’abris des désagrements météorologiques. Trop souvent je prenais l’auto lorsqu’il y avait trop de vent, même si la température était agréable pour faire du vélo.

Donc, qu’est-ce qui serait un bon mix entre auto électrique (que je ne peux pas me permettre) et vélo?

J’ai vendu le punch dans le titre de toute façon :joy:

Les vélos électriques semblent offrir un bon moyen de transport à prix assez abordable, permettant de mélanger effort physique et assistance d’un moteur électrique.

Pour répondre à ma question dans le titre, je dirais qu’en ville la réponse est assurément oui. Mais en campagne? J’habite dans la région très rurale de Vaudreuil-Soulanges et le centre urbain le plus proche est à 10 min en auto, donc prenant en compte que la vitesse d’un vélo électrique est 3 fois moindre qu’une auto, 30 min ça reste raisonnable. Ça demande peut-être plus d’organiser ses déplacements.

Enfin, je prevois m’acheter un vélo électrique dès la fin de l’hiver. Je ferais déplaquer mon auto pour épargner un peu d’argent et m’obliger à utiliser mon vélo ou le covoiturage pour mes déplacements. Je suis conscient que je suis un jeune homme célibataire et que ma situation de vie permet peut-être plus ce mode de transport que pour une famille.

Est-ce qu’il y a des gens qui ont un vélo électrique? Comment ça a changé l’utilisation de votre auto?

Au plaisir d’en discuter! :slight_smile:

2 J'aimes

Salut Simon ! Excellente question sachant qu’on partage un point de vue commun sur l’effondrement.

Pour ma part, habitant à Montréal, je me déplace 4 saisons en vélo (non-électrique). Pour l’hiver j’équipe mon vélo de pneus à crampons (sans clous) et tout roule. Les seules fois où je ne le prend pas c’est les jours de grosse tempête (où de toute façon personne ne sort de chez lui) et les jours de pluies verglaçantes (dans ce cas la il faut des clous). Tout mes trajets sont plus rapides en vélo, hiver compris, lorsqu’ils ne dépassent pas 30 minutes. Et de 30-60min cela vaut aussi le coût si on aime pédaler.

En campagne je ne sais pas comment les routes sont praticables cependant, mais j’imagine que ça doit être possible. Pour ce qui est de la mécanique, l’hiver est particulièrement difficile et demande beaucoup d’entretien, il me semble avoir lu que ceux qui en utilise doivent lui apporter des soins quotidiens et un bon entreposage. Les principaux dangers sont le calcium présent dans le sel de déneigement et les chocs thermiques. Sur facebook, il y a un groupe nommé « vélo d’hiver montréal », tu trouveras pleins de passionnés de la pédale qui sauront te donner de bons conseils :slight_smile:

1 J'aime

C’est super ça! J’imagine que ça te prend une bonne cagoule et des lunettes de ski quand il fait -20! Pour ta part, est-ce que le calcium dégrade beaucoup ton vélo l’hiver en ville?

L’avantage en ville reste la proximité des services et le fait qu’il y a de nombreuses alternatives à l’auto. Je crois qu’en campagne, il faudrait développer davantage le réseau cyclable entre les villages. Crois moi, un gros truck qui te frôle à 90 km/h ça fous la chienne hahah!

Je vais aller jeter un oeil au groupe certain! :slight_smile:

Les lunettes de ski c’est seulement lorsqu’il y a une tempête importante car je trouve que ça diminue beaucoup la vision périphérique. Sinon je porte un cache-cou (+ une écharpe quand on dépasse le -10,-15), une tuque légère mais efficace, un casque, une série de vêtements pour mettre en pratique la théorie des couches d’oignons et un pantalon de pluie. Autre chose super importante ce sont les lumières, une avant et une arrière qui soient puissantes.

Oui le calcium est assez intense sur les dégradations, mais j’achète des vieux vélos donc je peux me permettre de ne pas les nettoyer à tous les jours, avec un vélo électrique je pense qu’il sera préférable de le faire. Aussi de lui trouver un remisage hors gel mais pas forcément intérieur.

Je compatis à 100% pour les gros trucks qui te frôlent, déjà que je sacre quand les véhicules me doubles à un pied et à 30km… Mais bon, c’est un risque qu’on prend tous, en espérant que les véhicules motorisés personnels disparaissent prochainement haha!

En parlant de ça, je viens de regarder une conférence d’un historien à propos de la transition et de la collapsologie, il démontrait qu’au début du 20e siècle, les voitures personnelles n’étaient pas du tout bien vus, engendraient des coûts supplémentaires importants (entretien des routes) et étaient le symbole d’un gaspillage énergétique au seul profit d’une élite… Bientôt le retour ?

Allô!

Je me joins à votre sujet car il m’intéresse beaucoup!

Ayant redéménagée en ville cet été, j’ai la chance d’avoir 2 parcours d’autobus et une piste cyclable à proximité de chez moi, je me suis donc départie de ma voiture il y a 3 mois. Pour le moment j’utilise surtout l’autobus mais utiliser le vélo sur une base plus régulière me tente aussi, je ne me sens juste pas encore rendue là on dirait.

(Pour ceux qui hésitent à se départir de leur auto, parenthèse ; c’est tellement une économie d’argent formidable! Je peux me dédier plus au peuplier sans avoir trop de stress financier. Cette liberté-là vaut déjà mon choix à 100%!)

En plus, ça m’a fait prendre l’air d’avantage, et faire plus d’exercice lorsque j’ai pris le vélo ou que je marche.

Ceci dit, les déplacements que j’ai faits en vélo m’ont semblé longs hahaha! C’est vrai que c’est un clash quand on est habitué de simplement peser du pied pour aller plus vite. En plus, je ne suis pas la plus sportive et mon vélo n’est pas le plus performant non plus.

Dans mon cas, et c’est bien personnel, voici ce qui me freine d’aller plus de l’avant vers les déplacements à vélo sur une base régulière et surtout, sur plusieurs saisons ;

  • Le réseau cyclable, que j’apprends à découvrir (c’est un réflexe à développer de l’utiliser) et qui ne couvre pas tous les endroits où je veux me rendre, et surtout sans faire de grands détours. Je ne me sens pas super en sécurité de rouler sur certaines rues passantes.

  • La qualité de mon équipement. Tant pour le vélo que pour des vêtements chauds et adaptés, ça représente un certain investissement que je ne me sens pas à l’aise de faire pour le moment.

  • Mes capacités physiques. En ce sens, un vélo électrique ce serait encourageant, car si je me sens vidée d’énergie et que je ne suis pas rendue, au moins j’aurais une alternative!

Je fais du pousse sur ce bon sujet.
J’aimerais bien pouvoir faire du vélo en tout temps! Mais je suis en région et tous le monde ici (sauf ceux qui reste dans le village) vous diront qu’un véhicule est nécessaire pour vivre. Même si c’est juste un 4 roues, qui n’est pas permis sur toutes les routes.
De mon côté, je suis dans les Laurentides, ma maison loin des services (1er dépaneur a 15 min en auto), les routes son plein de trou et pas de bordure (on roule dans les voies des autos) et il y a plein de côtes partout!! Alors, pas évident le vélo ici. Et on parlera pas de l’hiver avec les 2-3m de neige pas super déblayé partout. Il y a le petit train du nord, mais c’est surtout récréatif et sportif, pas vraiment pratique comme transport et l’hiver c’est réservé au skieur de fond.
Après avoir travailler à Montréal (1h-1h30 en auto de chez moi), j’ai changé de travaille pour être plus proche (20 min d’auto, impossible à faire en vélo…), pour finallement travailler à la maison (j’ai cette chance que pas tout le monde a) J’utilise maintenant mon auto seulement pour faire l’épicerie (a 20 min d’auto dans les trou et les montagne) et aller voir des amis/famille (certain a 10 min d’auto, d’autres a Montréal et sur la Rive-Sud 1h a 2h d’auto)
Lorsque cet auto sera « morte », irréparable, j’espère être autossufisante et que mes amis viennent me voir chez moi ou fasse parti de notre projet de mini écovillage, pour ne pas acheter un autre véhicule…
Bref, c’est la réalité des campagnes.
Mais si vous avez des solutions alternatives aitre que vélo, je suis toute attentive😉

Je suis tellement d’accord avec toi! C’est fou comment l’auto pèse lourd dans le budget… Surtout qu’on s’en sert environ 3% du temps sur une journée complète!!

Cet été quand j’utilisais mon vélo pour me rendre au travail, je me sentais plus oxygéné et allumé que si j’avais pris mon auto et que j’arrivais encore un peu poqué du réveil!

En tout cas, au plaisir de partager nos expériences l’été prochain! :slight_smile:

Je te rejoins sur l’aspect rural!! Même si Vaudreuil-Soulanges est assez plat, c’est impraticable autrement qu’en auto l’hiver… Faudrait quasiment que l’autoneige de Bombardier fasse sont retour mais électrique haha!
Avec les autos, on s’est habitué (et nos proches aussi) de pouvoir se déplacer n’importe quand et à volonté. C’est une liberté coûteuse autant pour le portefeuille que pour l’environnement au bout de la ligne mais comme la société est construire autour de ça, c’est dur de faire autrement…
Au bout de la ligne, je crois que de tendre vers l’auto-suffisance réduit nécessairement le besoin de se déplacer! :slight_smile:

1 J'aime