COVID-19 : Reconsidérer l’autosuffisance

Je vous propose une réflexion sur la situation exceptionnelle mondiale que nous vivons :

7 J'aimes

Cette idée d’une plus grande autonomie alimentaire m’a occupé durant plusieurs années. Je crois qu’elle doit d’abord commencer par une connaissance de son propre corps et de ses rythmes. Je veux dire par là qu’il est important d’être efficace dans la gestion de sa propre énergie vitale avant d’imaginer l’être avec les ressources extérieures et que cette efficacité se traduit ensuite par une gestion raisonnée de nos ressources alimentaires. Être plus local veut aussi dire d’éviter de se déplacer inutilement lorsque les conditions ne sont pas propices et cela les plantes animaux le comprennent lorsque l’hiver arrive ils sont plutôt immobiles car les ressources habituelles ne sont pas accessibles. L’hiver c,est aussi la nuit, le cycle circadien commande le repos, pas l’activité.

La discussion peut se continuer si de l’intérêt e manifeste.

5 J'aimes

Bonjour Stéphane, mon mari et moi avons aussi pleins de questionnements, et on a voulu se commander par internet des livres sur l’autosuffisance et survie et ho lala, ils sont pas mal tous non disponibles car il y a un grand engouement pour l’autosuffisance au sens large, je crois aussi à cause de la crise du covid-19 que l’on vit présentement. Nous avons décidé d’agrandir notre jardin, et mon mari qui est dans la construction est à la maison par la fermeture des gros chantiers et son métier spécialisé, alors nous prenons le temps de faire des conserves, de faire des plans d’agrandissement de jardin, fabrication de couches froides, etc. Bref, cette crise a aussi du bien pour nous donner du repos, et du temps pour revoir nos priorités. Et effectivement, je crois que bien des gens vont continuer de vouloir aller s’installer à la campagne et de peut-être continuer vers l’école à la maison. Et il y a des couples qui vont soit se défaire, soit se souder. Je vous souhaite à toi et ta famille de la santé et beaucoup de bonheur :slight_smile:

2 J'aimes

(Je suis en train de travailler à mettre en ligne la p’tite librairie du peuplier, ce sera possible de voir et commander les livres et de les recevoir par la poste, ou par livraison sans contact pour la région de Québec. Si jamais ça peut être utile à ceux et celles qui n’arrivent pas à se fournir actuellement!)

4 J'aimes

Fridolutin, c’est un intéressant point de vue. De mon côté, et dans ma très courte expérience de jeune humain, c’est plutôt l’inverse qui se produit. J’observe que plus j’approche de l’autonomie et plus j’agrandis ma petite compréhension des cycles de la vie, plus je me connais moi-même… La connaissance de soi est pour moi une conséquence de l’écoute et des apprentissages des cycles de la nature.

Je comprends aussi ton point… Ça dépend peut-être des gens et des acquis!

4 J'aimes

En fait, comme tu le sais nous venons de la nature et avons intégré ses cycles à L’intérieur de nous. Les anciens ont découvert la base de ce qui est utile de savoir en ce qui concerne ces cycles et en ont fait une philosophie de vie. Connais toi et tu connaitra l’univers peut aussi se lire à l’envers mais en réduisant cet univers à l’environnement naturel. La nature c,est tous les mécanismes qui sont aussi à l’intérieur de nous. Le compostage c,est aussi la digestion.

1 J'aime